•  
  •  
Le marché immobilier en Valais

Le Valais connaît toujours une forte demande pour les logements en propriété. Ces dernières années, les conditions avantageuses des taux d’intérêt et la forte croissance démographique ont propulsé le niveau des prix immobiliers dans le canton à des niveaux encore jamais atteints.

Depuis quelque temps, cependant, les signes d’une saturation de la demande pour les logements en propriété se manifestent, comme le montre l’indicateur immobilier de la BCVs. L’analyse la plus récente des transactions immobilières dans le canton confirme cette tendance, qui se poursuit depuis plusieurs trimestres. Par exemple, les maisons occupées par leur propriétaire (appartements en PPE et maisons individuelles) affichent actuellement sur le marché des prix inférieurs de 0,7% à ceux d’il y a six mois. Un ralentissement se manifeste également dans toute la Suisse. Cependant, en moyenne nationale, les chiffres sont restés constants à 0,0% au cours du dernier semestre.

Avec les corrections actuellement visibles, le marché réagit à une offre excédentaire de logements dans le canton: environ 6’000 appartements sont aujourd’hui vacants. Par rapport au parc de logements existants, cela correspond à un taux de vacance d’un peu moins de 2,4%, le niveau le plus élevé au cours des 20 dernières années. La proportion de logements non occupés a également augmenté dans d’autres régions du pays.

Avec 1,6%, le taux de vacance en Suisse est toutefois nettement inférieur à celui du Valais. L’offre excédentaire est le résultat du faible niveau des taux d’intérêt. Les rendements de diverses catégories d’actifs ayant fortement chutés, de nombreux investisseurs ont orienté leur capital vers l’immobilier, ce qui a favorisé la construction de nouveaux logements. Étant donné que la planification et la construction ne sont pas simultanées, les répercussions sur le marché se font toujours sentir avec un certain retard. La durée de la phase de correction actuelle sur le marché immobilier valaisan dépend, entre autres, de la construction.

Le niveau encore élevé de constructions témoigne d’une hausse supplémentaire de l’offre de logements. En outre, l’immigration en provenance de l’étranger au cours de cette année représente actuellement seulement un quart du taux de celui de l’année précédente. En revanche, la conjoncture cantonale devrait soutenir la demande. Alors que la croissance économique avait été modérée l’année précédente, les prévisions actuelles pour 2019 tablent sur une augmentation.

Construire encore et encore, oui.
Mais plus à n'importe quel prix !